Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > La vie du site > Vous voulez critiquer ? C’est (...)

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

11 commentaires

Publié le lundi 26 octobre 2009 dans la rubrique :

La vie du site

Qui veut lire ?

Vous voulez critiquer ? C’est le moment !

Vous savez quoi ? Je m’apprête à mettre un point final à la Maison du général. Je sais, je l’avais déjà fait. Mais cette fois c’est la bonne. J’ai tout relu, j’ai corrigé, réécrit, supprimé (un peu), ajouté (un peu aussi). Il reste encore un chapitre à écrire, peut-être deux, ils sont dans un coin de mon crâne, mais leur contenu sera essentiellement décoratif, ils permettront à la chose de s’achever correctement. Sinon, tout est là.

La première fois que j’avais voulu arrêter (on dirait que je parle de mon tabagisme !), j’avais voulu changer la structure du truc en l’écrivant à la troisième personne, au passé, avec d’autres personnages, comme un roman. C’était mauvais. D’ailleurs, quelques jardineux perspicaces me l’avaient dit, que ça ne marcherait pas. J’ai commencé par ronchonner qu’ils n’y pigeaient rien (j’ai mon petit caractère, c’est pour ça qu’on m’aime), et puis ma petite voix a fini par murmurer qu’ils avaient peut-être raison. Je rassure donc les foules angoissées : la version papier de cette chronique aura la forme d’un récit, très très proche de celle qui figure dans le Jardin.

Maintenant que je l’ai lu, relu, rerelu, imprimé, toiletté, corrigé, nettoyé, me voici en quête de lecteurs-cobayes. Des gens qui seront assez gentils pour démolir le bouzin en marquant d’une grosse croix rouge ce qui ne leur convient pas. Ce qui leur semble incohérent, inutile, répétitif, incompréhensible, mal venu. Je cherche des lecteurs qui me montreront les lacunes, les manques, les mochetés. J’aimerais qu’ils lisent ça comme un bouquin prêté par un collègue de bureau qui n’est même pas sympathique (le seul à n’avoir jamais apporté de croissants le matin en arrivant au taf — on pourrait imaginer que c’est moi, tiens.).

Qui est volontaire ?

Bien. Passons aux choses pratiques. Les cobayes n’auront pas à se soucier de mes fautes d’orthographe, de la ponctuation ni des espaces insécables associés aux guillemets : je m’occuperai de ça lors des prochaines re-re-re-relectures. En revanche, ils seront bien urbains de se montrer critiques sur le fond, en me donnant leur sentiment de lecteurs, comme ils le feraient pour n’importe quel « vrai » bouquin. Je ne promets pas de tenir compte immédiatement de leurs avis ; vous me connaissez, je commencerai probablement par ronchonner. Et puis je finirai par réfléchir à la question, avant de décider du moment fatidique où j’enverrai de lourdes enveloppes de papier kraft aux zéditeurs qui n’attendent que moi. Je n’ai pas très envie d’essuyer cinquante refus de leur part, du moins pas à cause d’un aspect du récit que j’aurais pu améliorer, mais que je suis incapable de juger moi-même.

Je peux, pour ceux qui le souhaitent, leur envoyer le texte par la poste, imprimé sur papier. Mais. Le bidule correspond à un livre d’environ quatre cents pages. Présenté sous la forme académique de feuillets de 1 500 signes, ça pèse un âne mort et ça va me coûter très très cher en photocopies et en timbres. Donc je vous l’enverrai sur des pages remplies à bloc et imprimées recto-verso, non reliées. Vous recevrez un paquet d’une soixantaine de pages qui auront cet aspect-là :

Ceux qui ne sont pas rebutés par la lecture à l’écran bénéficieront de la présentation « spécial éditeurs », beaucoup plus aérée, que je leur enverrai par mail au format PDF et qui ressemblera à ça :

L’avantage de la version numérique en PDF est double : vous pourrez l’annoter directement à l’écran et me renvoyer le tout par mail ; moi, je ferai de grosses économies d’encre, de papier et d’affranchissement...

Voilà. Si vous voulez vous lancer dans cette ébouriffante aventure, envoyez-moi un mail en me disant quel format vous préférez : papier ou PDF.

Ça vous tente ? Allez, osez... Lire ça ou Marc Lévy, qu’est-ce que vous préférez ?

Recommander : 
 

Vos réactions

 
Vous voulez critiquer ? C’est le moment !
26 octobre 2009 12:52, par brendufat

Ne pas chipoter sur les espaces insécables associés aux guillemets ? Mais alors à quoi je vais servir, moi ?


Bon, va... envoie le PDF par courriel (et les croissants par la poste, je veux bien :-) )

Vous voulez critiquer ? C’est le moment !
26 octobre 2009 23:03, par DB du Jardin

Uma a voulu la version condensée au format PDF... Outre le fait qu’elle est juste même pas pénible (appuyer sur un bouton pour générer un PDF, ça reste dans mes cordes), cette solution est évidemment disponible pour ceusses qui veulent détourner l’imprimante du boulot à des fins personnelles et ainsi se voir adresser un blâme bien mérité.

Par contre, l’impression papier de la version king size, même pas dans vos rêves les plus fous !

Vous voulez critiquer ? C’est le moment !
29 octobre 2009 14:37, par Pomme

Ça tombe bien ! je suis en mal de lecture... Et j’ai envie de lire du bien écrit.

Donc, vas-y, tu peux me considérer comme un cochon d’Inde, pour ne pas dire d’Amérique...

Pomme_qui_se_dit_qu’il_lui_manque_une_cheminée_pour_lire_au_coin_du_feu

Huit cobayes
4 novembre 2009 12:02, par DB du Jardin

Huit lecteurs pour le moment :quatre filles, quatre garçons. C’est bien, bravo les Jardineux, vous êtes formidables !

Vous voulez critiquer ? C’est le moment !
4 novembre 2009 18:26, par J’ai détourné

Ouais et j’en ais même pas honte, vu le papier qui se gaspille dans cette boite (association qui fait de la sensibilisation à la protection de l’environnement, au passage chercher l’erreur), imprimer 60 pages recto verso de la maison du général, c’est même pas du détournement, c’est œuvre de salubrité publique. Au moins ce papier là aura servi à quelque chose d’utile.

UMA_na !

Hé ben ?
4 novembre 2009 18:30, par Umanimo

Qu’est-ce qui arrive aux commentaires du jardin ?

Quand je mets un titre, et que je poste, le titre devient mon pseudo (c’est pour ça que j’ai le doux nom de « j’ai détourné » dans le commentaire précédent et c’est le titre de la note qui devient le titre. La première fois, je me suis dit que je m’étais gourée d’endroit pour écrire, mais deux fois, c’est pas possible.

UMA ?

Vous voulez critiquer ? C’est le moment !
23 novembre 2009 11:25, par DB du Jardin

Juste pour savoir... Vous en êtes où, de votre lecture, amis jardineux ?

Vous voulez critiquer ? C’est le moment !
9 décembre 2009 19:28, par Umanimo

Alors moi, j’ai fini. Et je t’ai donné le résultat qui ne t’a pas beaucoup aidé, je le sais. C’pas ma faute à moi si je ne trouve pas de défauts à ce texte. :-(

UMA

Vous voulez critiquer ? C’est le moment !
12 mai 2010 13:31, par lambertine

Avez-vous toujours besoin de volontaires, Dominique ? J’en ferais volontiers partie.


Voir en ligne : http://lambertine.blogs.lalibre.be

Vous voulez critiquer ? C’est le moment !
12 mai 2010 17:52, par Pomme

Lambertine,

Hélas, notre auteure n’est plus là pour vous faire partager son enthousiasme et ses recherches... Dominique est décédée il y a quelques jours. Elle n’a pas survécu au Général. Leurs vies se sont alignées.

Cordialement,

Pomme

Vous voulez critiquer ? C’est le moment !
18 mai 2010 20:08, par lambertine

Je ne sais quoi dire. Recevez toute ma sympathie.

 

À vous d'écrire

 

Sur le même thème

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Le cadeau (empoisonné) de Dimitri - ça continue !"