Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Nature et animaux > Un octogénaire mordu par son (...)

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

2 commentaires

Publié le vendredi 23 janvier 2009 dans la rubrique :

Nature et animaux

Un nouveau drame qui relance la polémique

Un octogénaire mordu par son propre chien

La dépêche AFP a fait grand bruit dans le monde des journalistes, toujours à l’affût d’informations essentielles et prompts à révéler au public ce que l’on voudrait nous cacher. Il s’agit du problème, extrêmement épineux, des chiens dangereux.

En effet, un vieux monsieur, vivant paisiblement avec sa femme et son chien, a été sauvagement mordu par son propre animal, et l’attaque, aussi imprévisible que brutale, s’est produite sans raison apparente. L’AFP nous apprend cependant que le chien s’était vu administrer des anti-dépresseurs, ce qui laisse supposer qu’il avait déjà fait preuve d’une manifeste instabilité. L’épouse de la victime, d’ailleurs, confirme cette hypothèse : « Il s’est mis à mordre un peu. Pas tout le monde, et pas tout le temps, mais il mord mon mari. Assez bizarrement parce qu’il adore ce chien ».

À ce que l’on sait, l’octogénaire va bien et se remet lentement ; sa femme s’est déclarée cependant très choquée par l’événement, et on la comprend. « Si vous saviez, j’ai vécu hier une journée dramatique », a-t-elle confié aux journalistes.

Le chien, et ce n’est pas une surprise, est de type molossoïde. Je rappelle aux jardineux que j’ai commencé ma carrière de journaliste dans une revue cynophile, et que j’ai réalisé, il y a une dizaine d’années, une longue enquête sur les chiens dangereux, dont Libération et Le Monde on fait écho à l’époque, et qui avait même conduit mon rédacteur en chef à dialoguer, en direct au 20 Heures sur France 2, avec le ministre de l’Agriculture de l’époque. Cette enquête était disponible sur la version précédente de mon site, et je vais rapidement la remettre en ligne. Tout ça pour dire que le type molossoïde, ça me connaît : ce terme un peu obscur désigne un chien dont la morphologie présente des caractéristiques bien précises, dont notamment un squelette bréviligne (des os courts et forts), et un crâne nettement arrondi. On peut citer en exemple les mâtins, le bulldog anglais, le chien de montagne des Pyrénées ou le saint-bernard, ou encore des animaux de taille plus modeste comme le carlin ou le bichon maltais. Tous ces chiens sont des molosses. Donc potentiellement dangereux, et l’actualité nous le rappelle aujourd’hui de façon douloureuse.

JPEG - 39.6 ko
Ces deux chiens sont des molosses : ossature puissante, poitrine large, crâne arrondi.

Je vous invite donc à rester vigilants face à ce péril qui guette sans relâche quiconque est amené, dans sa vie quotidienne, à côtoyer de tels animaux. Le danger est réel, et il est regrettable que les médias aient attendu qu’un nouveau fait divers dramatique se soit produit pour revenir à leur devoir d’information. Sans Guy Carlier, à qui s’est confiée Bernadette Chirac, encore tremblante à l’évocation de l’accident provoqué par le bichon Sumo, pour qui Jacques éprouve tant de tendresse, sans Guy Carlier donc, nous serions tous aujourd’hui en grand danger. Merci Guy.

Merci également à PEZ, qui signe ce dessin que je vous recommande d’admirer avec déférence :

C’est qui, PEZ ? Un autre journaliste qui, comme Guy Carlier, se bat quotidiennement pour que nous soyions informés. C’est pas vraiment un « collègue », puisque moi je ne suis plus journaliste. Disons que c’est un voisin : on partage le même espace ouvert (open space pour ceusses qui causent mal). Il voudrait, quand il sera grand, être apiculteur et dessinateur de presse. Pour l’instant, il tourne des sujets pour le journal de 13 heures sur TF1. Et il fait des dessins pour attendre de grandir.

DB_je_trouve_que_mon_chat_est_un_peu_molossoïde,_parfois...

Recommander : 
 

Vos réactions

 
Un octogénaire mordu par son propre chien
23 janvier 2009 21:12, par ardalia

A l’âge de deux ans j’ai été mordue à la face par un patou (en région parisienne, très intelligent) mais j’ai quand même aimé Belle (de loin mais d’amûûûr) et le leonberg qui a succédé à la patoutoune assez méchante, même sans moi. Chez ces amis de mes parents, la mère jetait ses sabots de bois à la tête de son fils et la fille trisomique jouait à m’étrangler sans que j’ose jamais le dire à quiconque. C’est chouette les familles violentes de décérébrés : on a les mêmes loisirs alors on se comprend...

Un octogénaire mordu par son propre chien
24 janvier 2009 19:34, par jf

hé oui il y a des idées comme ça qui ont la vie dure surtout lorsqu’elles sont aussi bien relayée..

ceci étant, je vais m’empresser d’aller charrier mon collègue de travail qui ne sait pas encore qu’il héberge un molosse chez lui (un dangereux bichon maltais) :bump :

(zut.. marche tjrs pas..)

 

À vous d'écrire

 

Sur le même thème

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Signes"