Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Nature et animaux > Légende

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

15 commentaires

Publié le mardi 12 février 2008 dans la rubrique :

Nature et animaux

Légende

Légende est née le jour de la saint Félix, le 12 février 1995, tout près du lac Léman. C’est un briard noir de belle lignée, mais elle n’a pas hérité des grandes qualités morphologiques de ses parents, même si c’est une très jolie chienne... Son gros défaut : un poil épouvantable, tout mou, laineux, impossible à entretenir et qui sent très très mauvais.

Ma chienne - j’en suis sûre - a inspiré Daniel Pennac. Il ne l’avouera jamais, même sous la torture, les écrivains veulent toujours faire croire qu’ils ont tout inventé. Mais je vous l’assure : Légende, c’est le chien de Malaussène. J’en ai la preuve. Pennac a écrit cette phrase d’anthologie : « Il pue tellement, ce chien, que son odeur ne le suit pas : elle le précède. » Eh bien ça, c’est Légende. Elle a d’autres points communs avec le chien de Malaussène : un popotin bien rembourré, une bonhomie à toute épreuve... Les crises d’épilepsie, par contre, Pennac les a inventées.

Et si vous n’avez pas lu Pennac... Mais non, vous avez forcément lu Pennac.

Donc ma chienne a treize ans aujourd’hui. Et pratiquement dix kilos de trop. Je ne sais pas où elle les a attrapés. On lui donne une alimentation parfaitement adaptée à son âge. Sauf peut-être les p’tits trucs en plus entre les repas. Mais bon, à son âge, on peut se laisser un peu aller, quand même.

Cette chienne est issue d’un élevage suisse, à Bougy-Villars : l’élevage des Pierrailles. Elle s’appelle donc Légende noire des Pierrailles (chez les briards, il y a trois couleurs - noir, gris et fauve - et dans une même portée, plusieurs couleurs peuvent se présenter ; on précise donc la couleur dans le nom du chien, sauf pour les élevages qui ne font que « du fauve ». Petite subtilité : il y a des gris nés noirs, et on les considère comme noirs même s’ils sont gris, et il y a des gris nés gris, et on dit qu’ils sont bleus ; c’est comme ça que j’ai eu un chien qui s’appelait « Hérisson bleu »... ceux qu’ont pas tout compris doivent relire lentement et en retenant leur respiration). Quand j’ai ramené Légende à la maison, Freddy avait... trois ans ! Il était mignon, à l’époque. On lui a dit comment s’appelait la chienne, et il l’a saluée : « Bonjour, Légende noire de la Ferraille ! » Pendant longtemps, « Ferraille » a été l’un des noms divers de cette pauvre bête, et parfois ça revient encore.

Quand elle était petite, elle avait le chic pour se coucher en repliant les pattes et la queue tellement bien que plus rien ne dépassait. Alors on l’appelait aussi « le couteau suisse ». Oui, on avait un humour bizarre, à l’époque.

Légende a plein de noms ; le plus fréquent est « La Fleur ». Uma a dit un jour que c’était peut-être une référence à la mouffette de Bambi, charmant animal très nauséabond. J’avoue que je n’y avais pas pensé, mais c’était bien trouvé. Il y a aussi « Fleurette », « Petite fleur » (petite, petite... avec ses 35 kilos !). En fait, « Légende », c’est quand on l’engueule. Pas très souvent, elle a arrêté de faire des bêtises.

Quand elle était chiot, et bien après, elle a fait pas mal de dégâts. Le bois de mon canapé et les pieds de mes chaises en portent encore les traces. Un jour, elle a consciencieusement rongé tous les livres qui étaient sur le rayon bas d’une étagère. L’un d’eux m’avait été prêté par ma chef d’alors, et j’avais dû le racheter, très cher...

Elle était également assez jalouse. Quelques semaines après son arrivée à la maison, j’ai pris une autre chienne, Louisiane (je faisait pas mal d’expos, à l’époque, et Louisiane m’avait été offerte par l’éleveuse de ma première chienne, que j’avais emmenée jusqu’au titre de championne internationale). Pour faire dormir confortablement la dernière arrivée, j’avais mis un chiffon dans un cageot. Une après-midi, j’ai entendu japper Louisiane, qui semblait furieuse. Je suis venue voir ce qui se passait : Légende, qui devait faire deux kilos de plus que sa petite copine, avait pris possession du cageot. Elle s’était assise dedans, et arborait une expression victorieuse qui m’a fait hurler de rire. Le cageot était déjà trop petit pour elle, et elle avait dû rentrer ses fesses de force dedans. Il était tout rond, prêt à craquer.

Légende et Louisiane ont cohabité pendant neuf ans, difficilement. Louisiane était folle amoureuse de tous les humains, mais détestait sauvagement tous les animaux. Très vite, les deux chiennes sont entrées en conflit, et chaque rencontre se transformait en bagarre. On a donc mis des barrières un peu partout dans la maison, et chaque chienne vivait de son côté. Avec les portes qu’il fallait toujours tenir fermées, les barrières qu’il fallait toujours verrouiller, on ne s’est jamais vraiment occupé ni de Légende, ni de Louisiane. Elles étaient là, on les traitait bien, mais on ne leur consacrait pas de temps. Si on s’intéressait à l’une, l’autre était jalouse et c’était la débâcle.

Et Louisiane est morte brusquement, d’une crise cardiaque. Ce soir-là, des amis étaient à la maison pour dîner. Louisiane leur avait fait la fête, avait fait son intéressante, avait profité des caresses, et on était allés dans la pièce d’à côté pour passer à table. Mon invitée a sorti son gâteau au chocolat, j’ai entendu pleurer Louisiane, je suis allée voir, et la chienne était déjà morte. Je vous raconte pas l’ambiance de la fin du repas.

J’ai ensuite été très étonnée par ce qui s’est passé avec Légende, qui était désormais le seul chien de la maison. En à peine trois semaines, elle s’est métamorphosée et a complètement changé de caractère. Elle avait toujours été effacée et discrète, et elle s’est subitement affirmée : j’ai découvert un autre chien. J’ai réalisé que pendant neuf ans nous étions passés complètement « à côté ».

Cela fait donc quatre ans que l’on profite de la Fleur new style. Elle ne galope plus (le cul est trop lourd, pardi !), mais trottine encore gaiement. Elle pète un plomb chaque jour à la même heure, après le repas du soir, et fait l’andouille, le cul en l’air, en aboyant et en remuant la queue comme une perdue. Je crois qu’elle n’est jamais vraiment devenue adulte. C’est probablement son côté Suisse. On lui dit qu’elle est très jolie, qu’elle pue très fort, et elle est contente.

Légende a une autre qualité, que Pennac ne mentionne pas : elle ronfle horriblement fort. Le soir, on est obligés de monter le son de la télé pour arriver à entendre quelque chose. C’est épouvantable comme cette chienne peut ronfler, et ce n’est même pas une conséquence de l’âge : ça fait treize ans qu’elle ronfle. Quand elle était petite, ça nous amusait. C’était quand même moins bruyant. Et elle dort toujours en laissant pendre un tout petit bout de langue rose au milieu des poils noirs. Parfois, je tire dessus. Elle se réveille à moitié et range sa langue au bon endroit, l’air vaseux... Depuis le temps, elle s’est résignée à mes gamineries. Alors elle se rendort et se remet aussitôt à ronfler. Quel boucan !

Le soir, après le repas, je vais dans mon bureau tandis que Jean-Pierre regarde la télé. Elle reste avec lui jusqu’à la fin du film, et ensuite exige de me rejoindre. Elle se couche à côté de moi... et elle ronfle. Quand je monte me coucher, elle retourne dans le salon.

Voilà, c’était l’histoire de ma Fleur. On peut raisonnablement penser que cet anniversaire sera le dernier. Ensuite, je pense que je ne reprendrai pas d’autre chien. Pas tout de suite, en tout cas.

Post-scriptum

12 février : c’est donc la saint Félix. Le prénom de l’éleveur de Légende...

Recommander : 
 

Vos réactions

 
Légende
13 février 2008 09:00, par Julien

Bon... si j’ai bien compris il me reste à aller lire Pennac... enfin faut dire qu’en ce moment je lis les Connie Willis que Uma nous avait conseillé du temps où nous cohabitions dans une cabane, et vu la taille des bouquins ça necessite quand même un peu de temps... Et puis en plus, bien sur, moi j’ai commandé les 4 qu’elle nous a conseillé d’un coup. Donc dès que j’ai fini d’en lire un j’enchaine avec le suivant... et puis il me reste aussi les deux derniers Stephen King... forcément après faut pas s’étonner si je n’arrive pas à finir mon boulot dans les temps... enfin je m’égare !

Marrante ta chienne, la mienne à le même âge, et elle lui ressemble sur bien des points. Mais la mienne perd de sa jeunesse depuis quelques temps. Elle a bien sur encore des coups de folie, mais elle a surtout plein de problèmes qui apparaissent. Elle a perdue presque toute son audition en quelques mois. Donc elle ne nous entend pas quand on l’appelle, ou alors elle entend vaguement une voix, mais elle ne regarde pas du bon côté. Et comme elle n’entend plus bien, elle aboie très souvent, certainement pour se rassurer... le problème c’est qu’elle aboie sur des trucs qu’elle semble être la seule à voir... Et puis elle devient beaucoup plus fragile. Par exemple elle attrape des puces à répétition, j’ai du la traiter 5 fois sur la dernière année, alors qu’elle n’avait eu qu’une fois des puces en plus de 10 ans...

Bref, je crains que pour ma Lalye aussi, il ne lui reste plus beaucoup d’anniversaires à fêter. Donc en attendant je lui fait plein de gratouille, lui donne plein de petites choses à grignoter (elle à toujours été gourmande, et j’ai du faire attention après sa stérilisation, mais son poids s’est stabilisé depuis 3/4 ans...) et espère qu’elle nous quittera le plus tard possible...

Légende
13 février 2008 17:42, par DB du Jardin

Allez Julien, laisse tomber Stephen King et mets-toi à Pennac !

Grosses papouilles à Lalye...

Légende
15 février 2008 19:10, par Vieux motard

Pennac ? Ce n’est donc pas un marin Breton...

Légende
16 février 2008 21:56, par Umanimo

Moi ze l’ai lu Pennac, na ! Et je connais le chien épileptique qui pue.

Joli chien le briard, mais décidément pas un chien pour moi. D’abord trop gros, puis plein de pouals. Avec la mienne de chienne, je me suis dit : « plus jamais de chien à poils longs ». Ou alors qui se laisse brosser et tondre sans rechigner.

L’histoire de Louisiane est fort triste. Ca a dû en effet être une sacrée ambiance à ce repas.

Et Légende, j’espère un jour faire sa connaissance. Qui sait !

UMA

Légende
16 février 2008 22:47, par DB du Jardin

Et Légende, j’espère un jour faire sa connaissance. Qui sait !

T’as des projets de voyage, Uma ?

Légende
17 février 2008 20:00, par Umanimo

Je vais dans les Pyrénées cet été du 15 au 30 aout. Si je le sens je ferais un saut à Dieupentale.

UMA

Légende
4 mars 2008 13:44, par Jo

Plus un chien pue, plus il est laid, en bref lorsqu’il cumule les tares que l’on ne saurait pardonner à un être humain, et plus il m’est sympathique.

Je découvre ton blog et nous avons deux points communs : le premier est que nous apprécions l’un comme l’autre le blog de Brendufat ; le second est que nous participons au festival de Romans, dans la même catégorie.

Bonne continuation à toi.


Voir en ligne : http://autrui.over-blog.com

Légende
4 mars 2008 17:52, par DB du Jardin

Bonjour Jo, et merci infiniment pour ta visite. Nous concourons effectivement dans la même catégorie, où il y a décidément bien du beau monde... ;-)

Lorsque j’avais lu ton billet « Étiquetée », je n’avais pas voulu réagir à chaud... J’ai été une Myriam. Moche (très), seule, prête à caricaturer le comportement de mes gentils camarades pour tenter de leur plaire. J’étais la bête noire des enseignants qui ne parvenaient jamais à m’arracher un mot. J’étais au bord de la délinquance à treize ans. Ma mère achetait mes vêtements dans une solderie, j’étais horrible et tout le monde, enfants comme adultes, me considérait comme une bête curieuse.

Je traîne encore tout cela aujourd’hui. On me prenait pour une « originale », on m’envoyait chez la psy de l’école, je me suis baladée avec mon étiquette dans le dos, mon physique affreux, ma timidité qui me faisait passer pour débile. J’ai raté ma scolarité. Et j’ai fini par passer le bac à 25 ans, j’ai eu 18 en philo, j’ai eu ma maîtrise avec mention, major de ma promo. Mais je sens toujours dans mon dos le regard de ceux qui voyaient mon étiquette sans deviner la souffrance d’un enfant qui n’est pas vraiment « normal ». Et ma vie n’est pas ce qu’elle aurait dû être à cause de cela.

Ne fuis pas du jardin pour autant ! J’aime bien tes billets. Sauf celui-là.

DB_qui_avait_un_truc_sur_le_cœur_mais_c’est_pas_grave ;-)

Légende
5 mars 2008 11:50, par Umanimo

On est parti bien loin de Légende là, mais je voulais aussi réagir au billet « étiquetée » (que je viens d’aller lire). Que ce titre en dit long ! Réellement cette pauvre fille est « étiquetée ». Je ne la connais pas, peut-être est-elle réellement stupide en plus d’être moche (que de « tares » sur une seule et même personne et en plus un être féminin, qui se doit d’être au minimum présentable, on n’a pas droit à la laideur étant femme ou fille), mais que savons nous de ce qui se passe en elle ?

Comme Dominique, j’ai été « étiquetée » dans mon enfance/adolescence et Dieu sait si ça fait mal, si ça vous tord un être, si ça le rabaisse à ses propres yeux en plus de ceux des autres. En plus de laide (et grosse comme la pauvre Myriam), je me suis toujours pensée comme stupide, bien en dessous de tout le monde. C’est bien simple, tous les autres étaient forcément mieux que moi. Il a fallu des années, 7 ans de psychothérapie et 14 années de vie en couple pour qu’enfin, je commence à me penser autrement que comme la nullité que le miroir des regards me renvoyait.

UMA

Légende
8 août 2008 15:36, par DB du Jardin

Le cœur de Légende est en bout de course, ma chienne se noie, ses poumons sont pleins d’eau. L’entendre se battre pour respirer est une véritable épreuve, sa langue commence à bleuir... J’espère que le traitement du vétérinaire va agir très vite, ou que tout cela cesse sans davantage de souffrance.

Légende
9 août 2008 10:54, par Umanimo

Oh, non ! Pauvre toutoute ! J’ai mal et peine pour elle.

Tiens bon ma petite caille, faut pas faire ça à ta maitresse.

UMA

Légende
12 septembre 2008 22:53, par DB du Jardin

C’est fini. Légende est morte.

Légende
13 septembre 2008 08:52, par Umanimo

Un gros bisou de ma part et de celle de ma fille. Tu sais à quel point je partage ta peine. Je ne sais pas trop quoi dire d’autre, c’est si difficile de faire passer l’émotion dans les mots.

Je suis contente d’avoir fait sa connaissance.

UMA_serre_DB_dans_ses_bras

Légende
13 septembre 2008 13:50, par brendufat

On dit quoi, dans ces moments-là ? chaipas... ((DB))

Légende
13 septembre 2008 15:20, par Hubert

Il est parfois difficile d’être séparé d’un animal qui fait partie du foyer, mais la vie est ainsi faite.

Partageons tous cette grande peine.

Hubert

Laure

Jean-Michel

Et tous ceux qui s’unissent à nous.

 

À vous d'écrire

 

Sur le même thème

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Marguerite Gonon : la mémoire du Forez"