Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > Photos > Animaux > Comme un mirage

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

1 commentaire

Publié le mardi 9 septembre 2008 dans la rubrique :

Animaux

Comme un mirage

Tu as émerveillé mes vacances d’enfant. Je ne savais pas alors quelle chance j’avais de pouvoir t’admirer. La sécheresse sévissait sur la Sologne, où la chaleur d’un été torride t’avait encouragé à t’aventurer.

Je n’osais pas espérer que tu étais un oiseau, je ne pouvais pas croire que tu étais un papillon : tu étais si rapide ! Insaisissable, furtif, tu bondissais de fleur en fleur, et en me frôlant parfois tu m’effrayais par le bourdonnement ténu de tes ailes invisibles. Je n’en devinais que l’éclat ensoleillé, alors que tu te régalais de nectar avant de t’éclipser, comme un miracle, pour réapparaître stationnant devant la corolle voisine.

Je te devinais plus que je te voyais, tu étais une apparition fugace qui s’évanouissait au moindre de mes mouvements.

Puis tu as disparu, je t’ai presque oublié. J’ai grandi, j’ai vécu. Jusqu’à cet été de canicule où je t’ai retrouvé, perdu dans une montagne qui ne sut probablement jamais qu’elle avait été visitée par un ange. Ce jour-là, je redevins une enfant, je te suivis aussi loin que je le pus, tenaillée par la peur de te perdre à nouveau. Tu dégustais le pollen avare de fleurs écloses pour avoir froid. Je redécouvris le plumage de ton corps, le doux murmure de tes ailes. Et je te perdis, encore.

Aujourd’hui, je vis chez toi. Tu peuples mes longs étés, zébrant mon horizon de ton vol fulgurant, bondissant d’arbuste en massif, visitant avec minutie le moindre buisson fleuri. Tu as perdu un peu de ton mystère, je sais désormais que l’on t’appelle Macroglossum stellatarum, mais que les hommes que tu tiens sous ton charme préfèrent te nommer Sphinx colibri. Tes cousins sont des papillons de nuit, et toi tu as préféré la langueur des chaudes après-midi pour séduire, comme un mirage, les enfants qui, toujours, espèrent que tu es un oiseau magique.

Vous pouvez lire aussi :

Comme un mirage

Logo de l'article "Comme un mirage"

Recommander : 
 

Vos réactions

 
Comme un mirage
10 septembre 2008 09:14, par Umanimo

C’est donc un papillon de nuit qui est devenu papillon de jour, mais à gardé sa forme nocturne.

Je crois en avoir vu aussi. Mais assez peu. Ce n’est pas un papillon très courant.

UMA

 

À vous d'écrire

 

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Ma vie là"