Le jardin de DB

Vous êtes ici : Accueil du site > > Musique > Bach et son temps à Saint-Genest-Ler

Menu de navigation

Masquer la bannière
Afficher la bannière
 
 

Aux utilisateurs d'Internet Explorer 6,
Votre navigateur ne vous permet pas de bénéficier pleinement des fonctionnalités proposées par ce site. Si vous en avez la possibilité, je vous invite à télécharger gratuitement la dernière version d'Internet Explorer, ou mieux, Mozilla Firefox.

Publié le samedi 10 octobre 1998 dans la rubrique :

Musique

Bach et son temps à Saint-Genest-Lerpt

Musiques d’automne : bonheurs et désillusions

Près de Saint-Étienne, un petit festival de musique baroque a su se faire un nom. Après avoir, deux années consécutives, couvert cet événement pour La Tribune - Le Progrès, j’ai été accueillie au sein de l’équipe organisatrice, en qualité d’attachée de presse. Il fallut bien se rendre à l’évidence : ce métier n’était pas fait pour moi. J’en fus la première déçue, mais je garde pour les Musiques d’automne une indéfectible tendresse.

Le premier concert du festival des Musiques d’automne, donné hier soir, était consacré à l’œuvre comparée de Bach et de son gendre, Altnikol.

L’église est admirable ; l’orgue est superbe. Quant au programme, il est particulièrement alléchant, pour les amateurs de musique baroque et quête de nouveautés. Pourtant, de nombreux rangs sont restés vides pour le concert donné hier soir.

Une désaffection qui ne peut être imputée à l’affiche de ce concert : des artistes de tout premier plan, qui mènent chacun une riche carrière internationale.

La musique de Bach et de ses contemporains ne sait-elle plus mobiliser les auditeurs ?

Côté musique, la qualité était au rendez-vous. Avec les sopranos Françoise Masset et Noémi Rime, le très talentueux alto Pascal Bertin, le ténor Hervé Lamy et le basse Philippe Roche, les solistes de la Camerata Saint-Louis furent parfaits dans les motets de Bach et de son disciple et parent méconnu, Johann-Christoph Altnikol.

Des œuvres pour chœur et basse continue, données ici dans une version épurée, avec un bel accompagnement au violoncelle baroque par Nathalie Jacquet, et à l’orgue portatif, tenu par Georges Guillard, qui assurait également la direction de l’ensemble.

Ce dernier, spécialiste de l’œuvre baroque, s’est également installé aux claviers de l’orgue, au fond du chœur de l’église, pour jouer des chorals et des pièces d’Altnikol et de Bach.

Les auditeurs eurent tout le loisir d’apprécier le souffle qui caractérise les compositions du maître, et de découvrir le talent de son élève, qui sut s’inspirer des enseignements de son aîné, sans rien sacrifier à sa propre imagination.

Plus qu’à un concert, le public assista à une belle leçon de musique, donnée avec autant de brio que de sensibilité par des artistes visiblement passionnés.

Post-scriptum

Écouter l’extrait d’un disque enregistré par Georges Guillard

Recommander : 
 

À vous d'écrire

 

Dans la même rubrique

Au hasard

Des articles...
Une photo...

Cliquez sur cette image pour accéder à l'article dans lequel elle est publiée.

Image extraite de l'article "Fiat lux..."